Share
vendredi 15 avril 2016 - 11:15

Passerelle N°59 NOV. 2015

ÉDITO

Alexandre Salas-Gordo,
Président

Indéniablement, 2015 restera, pour notre profession, l’année de la transition numérique. C’est d’ailleurs le thème qui a rassemblé près d’un tiers des experts-comptables lors du 70e Congrès de notre institution fin septembre dernier. Ce n’est pas surprenant lorsqu’on sait que 80% des dirigeants de TPE-PME font confiance en priorité à leur expert-comptable pour les accompagner en matière de transition numérique de leur activité1.

Ce sujet est un des quatre axes de la mandature de Philippe ARRAOU, Président du Conseil Supérieur de l’Ordre des experts-comptables, qui souhaite également orienter ses actions vers le marketing des cabinets, l’accompagnement du secteur public ainsi que l’international.

Il est rare que Passerelle sorte de sa ligne éditoriale. Une fois n’est pas coutume, le Comité de rédaction de ce 59e numéro a décidé de s’affranchir du dossier thématique habituel et de dépasser ses frontières aquitaines pour accueillir dans ses colonnes le témoignage du Président du Conseil Supérieur de l’Ordre des experts-comptables. Pourquoi cette exception ? Parce que Philippe ARRAOU est aquitain de souche et de cœur, et qu’il présente la particularité d’être le premier Président national originaire de notre région depuis la création de notre institution en 1945. Ce phénomène est suffisamment singulier pour être souligné.

Passerelle a donc souhaité lui rendre un hommage confraternel et permettre aux lecteurs de mieux connaître cet expert-comptable béarnais au parcours atypique.

Philippe ARRAOU pourra compter sur la mobilisation de ses pairs aquitains pour défendre les intérêts de notre profession dans de multiples domaines.

Qu’il s’agisse d’exprimer notre désapprobation concernant le projet d’élargissement des prérogatives et des missions des organismes de gestion agréés, de naviguer dans les méandres du calendrier de la mise en place de la DSN, de partager notre amertume collective quant à l’extension du TESE aux entreprises de moins de 20 salariés, ou encore de contribuer, par tout moyen, à l’amélioration des services du RSI. Nous serons vigilants.

Nous serons également le relai opérationnel de la grande campagne de formation obligatoire de l’ensemble de notre profession décidée par le Conseil Supérieur pour lutter contre le blanchiment. Notre centre de formation, le CEECA, est déjà à pied d’œuvre pour que cette opération coup de poing soit bouclée en Aquitaine avant la fin de l’année 2016.

Enfin, nous nous approprierons aussi le fabuleux outil que représente STAT’EXPERT, cette base de données à la richesse incroyable qui nous per­mettra de donner, quasiment en temps réel avec une périodicité pertinente, un état des lieux statistique inégalé de notre économie régionale.

Plus humblement, vous retrouverez dans les pages de ce numéro 59, un focus sur les actions régionales que les élus du Conseil de l’Ordre d’Aqui­taine on conduit en faveur de la prévention des difficultés des entreprises, du développement de l’interprofessionnalité, de la promotion des nouveaux métiers et bien entendu de la préservation de cette valeur de rassemblement qui nous est si chère dans le sud-ouest : la confraternité.

Bonne lecture.


SOMMAIRE

ACTUALITÉ DE LA PROFESSION

DOSSIER Interview de Philippe Arraou, Président du Conseil Supérieur de l’Ordre

FORMATION

VIE DES DÉPARTEMENTS

Télecharger la version PDF du passerelle