Actualité
Share
lundi 14 mai 2018 - 11:15

Prix et valeurs des pharmacies 2018

 

Créé en 1969, sous l'égide de l'UNAPL, par les syndicats et les institutions des Professions Libérales, INTERFIMO est aujourd’hui la première société de financement au service exclusif des professionnels libéraux, avec plus de 100 000 clients, 10 000 dossiers étudiés et 2 milliards d’euros de crédits distribués chaque année.

 

Restituer des informations statistiques sur la base des informations sur lesquelles nous travaillons est dans l’ADN d’Interfimo. Ainsi, depuis 26  ans, Interfimo publie chaque année une étude sur les prix et valeurs des pharmacies.

En 2017, le marché des ventes de pharmacies et des associations entre pharmaciens a été marqué par un nombre croissant d’opérations qui préfigure la grande mobilité des prochaines années liée aux nombreux et inéluctables départs en retraite de titulaires.

Globalement, après 3 années de légère progression, l’année 2017 enregistre une franche accélération de l’activité : 1550 mutations ont été recensées, soit une hausse de 9%. Cette animation du marché est à rapprocher du nombre important de départs en retraite enregistré par la CAVP : plus de 1350 en 2017 comme en 2016.

Le prix moyen des fonds de commerce (cédés directement ou valorisés à l’actif des sociétés d’exercice) est apparemment stable ; mais il recouvre en réalité des évolutions de plus en plus divergentes selon la taille des pharmacies.

Pour la troisième année consécutive, le prix de cession moyen France entière s’établit à 76% du CA HT. Après 8 années de baisse ou de stabilité, le prix de cession moyen en multiple de l’EBE « reconstitué » (c’est-à-dire avant rémunérations et cotisations sociales des titulaires cédants) enregistre un très léger rebond en 2017. Il s’établit à 6,3 x l’EBE « reconstitué », soit une hausse de 0,1 point par rapport à 2016.

Tirée par les entreprises de taille moyenne et supérieure, l’évolution des chiffres d’affaires et des rentabilités est correcte.

Par ailleurs, on assiste à un grand tapage autour de l’irruption des fonds financiers, très exagéré au regard du petit nombre d’opérations ainsi financées. Mais il met en lumière la vraie question du manque de fonds propres des jeunes pharmaciens et la nécessité d’y trouver d’autres réponses, compatibles avec les valeurs libérales que nous partageons.

 

Téléchargez l’étude 2018 complète sur notre site internet en cliquant sur le lien ci-après :

https://www.interfimo.fr/etudes/prix-pharmacien,1

 

INTERFIMO, mai 2018